Les premières traces humaines sur le territoire russe remontent à 300 000 ans avant J.-C. et furent trouvées en Sibérie centrale. Vers 4000 avant J.C., les Indos-Européens créent dans les steppes de la Russie du Sud la civilisation de Kurgan. Vers 2000 avant JC, les Cimmériens s’implantent sur le territoire. Vers 1000 avant J.C., les Scythes, Indo-Européens de la moyenne Volga, conquièrent le domaine cimmérien et créent un empire qui durera jusqu’au IIIe siècle après J-.C.

 
 
Au VIIe siècle, des peuples slaves de l’Est s’installent dans la région s’étendant entre Novgorod et Kiev. En 862, les Slaves de Novgorod prennent pour chef le roi viking Riourik, qui a pour mission de face aux incursions des nomades turcs. Les Vikings s’implantent dans la partie occidentale de la Russie actuelle et ouvrent une route commerciale entre la mer Baltique et la mer Noire. Riourik fonde la première dynastie russe à Novgorod. Les slaves ont alors un état dénommé Rus, dont Kiev devient, en 882, la capitale. La christianisation de la population s’effectue à partir du Xe siècle, lors de la conversion à la religion grecque orthodoxe du prince Vladimir le Saint, en 988. La principauté de Kiev joue un rôle dominant dans la région au cours du XIe siècle, et plus particulièrement sous Yaroslav le Sage, qui régna de 1019 à 1054.
 
 
La principauté de Kiev subit les invasions mongoles de 1147 à 1397, la ville de Kiev étant presque entièrement détruite en 1240 par des envahisseurs turco-mongols. Au XIVe et au XVe siècles, les différentes principautés de la région sont regroupées autour d’un Etat souverain. Progressivement, la ville de Moscou s’impose comme capitale régionale et centre de l’Eglise orthodoxe.
 

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *